Résumé

A. mannii est une annonaceae, dont le fruit, convoité par la population des forêts tropicales humides dont Kisangani fait parti, s'obtient jusqu'à ce jour par ramassage dans la forêt. Suite à la déforestation, sa domestication serait encourageante pour la sauvegarde de son patrimoine génétique. Cette étude s'intéresse à sa multiplication par bouturage et marcottage. Le marcottage a évalué les positions de la tige (orthotrope et plagiotrope) alors que le bouturage a testé les facteurs surfaces foliaires, longueurs de la tige et applications d'auxines AIB. Les résultats ont montré que les marcottes orthotropes s'enracinent mieux (36% contre 29%), quoi qu'il n'y ait pas statistiquement de différences significatives. Ce sont les arbres pris individuellement qui ont présentés des variations importantes (0 à 100%). Les facteurs surfaces foliaires et application d'auxines AIB (4 à 13%) ont affecté significativement l'enracinement contrairement aux longueurs de la tige des boutures (8 à 9%). Le meilleur taux d'enracinement a été obtenu par la combinaison de 37,5cm² x 7cm x auxine AIB, soit 27%. L'espèce A. mannii offre des atouts d'être multipliée par bouturage et marcottage. Les recherches futures doivent se focaliser sur les possibilités d'améliorer le taux d'enracinement qui reste encore faible (>50%).


Mots clés : Annonidium mannii, Bouturage, Marcottage, Orthotrope, Plagiotrope, Enracinement, Kisangani.