Résumé

La vaccination systématique des reproducteurs contre l’IAFP H9N2 permet la transmission d’une immunité passive à leur descendance. Cependant, les anticorps maternels anti-H9N2 présents chez les jeunes poussins à l’éclosion, leurs offrent une certaine protection pendant les premiers jours d’âge et peuvent de même provoquer une interférence avec la vaccination. Le but de cette étude est d'évaluer la cinétique des AOMs en présence et/ou en absence de vaccination. Dans la première partie, nous avons suivi la cinétique des anticorps anti-H9N2 chez des poussins non vaccinés élevés en isolement. Dans la deuxième partie, des lots de poulets de chair vaccinés avec 4 différents vaccins, administrés à 3 différents âges, répartis dans  plusieurs régions du Maroc ont fait l’objet d’un suivi sérologique, sur l’ensemble des résultats obtenus, un effet âge de vaccination a été prouvé par analyse statistique ce qui met en cause une interférence entre les vaccins anti-IAFP H9N2 et les anticorps d’origine maternelles.


Mots clés: Influenza aviaire faiblement pathogène H9N2 (IAFP H9N2), Anticorps d’origine maternelle (AOM), ELISA, IHA, Temps de demi-vie