Résumé

La présente étude a un triple objectif: d’abord pour estimer la prévalence de l’infection du sac vitellin chez le poulet de chair dans les élevages du Nord-Est de la Tunisie. Le second objectif est d’identifier les principales bactéries responsables de ce problème. Enfin, nous visons l’étude de la sensibilité des souches isolées vis-à-vis des principales molécules d’antibiotiques utilisées sur le terrain.  Un total de 170 poussins (3-8 jours d’âge) est autopsié. Les sacs vitellins suspects sont prélevés moyennant des écouvillons stériles envoyés au laboratoire en vue des analyses bactériologiques et des antibiogrammes. La prévalence globale des omphalites est de 55,3% (94 poussins). Une différence statistiquement significative est notée selon les tranches d’âge, avec une plus grande prévalence observée chez les oiseaux âgés de 5 jours (76%). Les analyses bactériologiques ont révélé que 71,3% (67 poussins) des animaux montraient une infection bactérienne unique. E. coli est la bactérie la plus isolées (74,5%), suivie de Klebsiella spp. (31,9%), Salmonella spp. (10,6%), Proteus spp. (9,6%) et Staphylococcus aureus (2,1%). Une corrélation élevée est notée entre la mortalité des poussins et l’infection par E. coli, Klebsiella et Proteus. Les isolats testés (109 isolats) vis-à-vis de 12 antibiotiques montrent une sensibilité importante à la streptomycine, la colistine, l’amoxicilline et l’amoxicilline-acide clavulanique. Une résistance élevée est notée vis-à-vis de l’enrofloxacine. Une multi-résistance est détectée chez 38 souches (34,9%) isolées.


Mots clefs: Infection du sac vitellin, Bactériologie, Multi-résistance aux antibiotiques, poulet de chair, Tunisie