Résumé

Depuis son apparition en 1926, la maladie de Newcastle (MN) a engendré des pertes économiques considérables que ce soit au niveau des élevages (mortalité, retard de croissance, chute de ponte,...), ou par le fait qu'elle constitue une entrave au commerce international (interdiction d'export des volailles et des produits avicoles). La maladie est un véritable fléau pour l'aviculture mondiale. Elle est endémique dans plusieurs pays du monde où l'agriculture est la principale source du revenu national. C’est une infection virale due à un Paramyxovirus aviaire de type1 communément appelée le virus de la maladie de Newcastle (NDV). Ces dernières années, le NDV a attiré les virologues non seulement à cause de son potentiel pathogène, mais aussi pour son activité oncolytique et son utilisation comme vecteur vaccinal chez l'homme et les animaux. Actuellement, la compréhension de la biologie et la réplication du NDV s'élargit rapidement en raison de la disponibilité d'outils modernes de biologie moléculaire et séquençage à haut débit du génome complet. Par ailleurs, le vaccin recombinant à base de NDV offre un choix pertinent pour la construction de vaccin atténué en raison de sa nature modulaire de transcription, de la fréquence minimale de recombinaison et en absence de phase d’ADN lors de la réplication. La vaccination modifiera l’épidémiologie de la ND dans une certaine mesure car elle protège contre la maladie mais pas contre l’infection, elle constitue ainsi le seul moyen efficace de contrôler la MN, puisqu’il n’existe pas de traitement. 


Mots clés : Maladie de Newcastle (ND), virus de la maladie de Newcastle (NDV), réplication, symptômes, vaccination