Résumé

La laryngotrachéite infectieuse (LTI) est une maladie respiratoire aiguë hautement contagieuse des poulets, des faisans et des paons. Le virus responsable a été isolé aussi chez la pintade. Deux formes cliniques de la maladie sont décrites, à savoir une forme légère incluant une conjonctivite, une sinusite, des yeux fermés, des écoulements nasaux et une trachéite mucoïde, alors que la forme sévère est caractérisée par le halètement, la toux, la dépression respiratoire, les écoulements nasaux, la conjonctivite et les expectorations sanguinolentes. L’obstruction de la trachée par les filaments sanguinolents est une des lésions les plus fréquentes. Les taux de morbidité et de mortalité de la maladie sont variables selon la virulence de la souche en circulation, la charge virale et les co-infections avec autres pathogènes respiratoires. Depuis sa description en 1925 par (May & Tittsler 1925), la maladie a été signalée dans plusieurs pays du monde, spécifiquement au niveau des zones de production avicole intensive. Au Maroc, la LTI a été diagnostiquée pour la première fois en 2003, d’où l’introduction en 2004 et 2005 de deux types de vaccins pour lutter contre la maladie. Il s’agit respectivement de vaccins vivants atténués d'origine embryonnaire de poulet (PDG) et des vaccins produits sur culture cellulaire (TCO). La vaccination a été autorisée seulement pour les poules reproductrices et pondeuses dans les zones affectées. En 2018, un vaccin LTI à vecteur viral recombinant rFPV-LT a été introduit pour la première fois au Maroc. Les principales caractéristiques de la LTI et sa pathogénicité ainsi que les stratégies de vaccination déployées au Maroc et dans le monde sont passées en revue. Par ailleurs les avantages, les limites des différents types de vaccins de même que le rôle de la biosécurité dans le contrôle de la maladie ont été mis en exergue et discutés.


Mots clefs: Laryngotrachéite, vaccination, PDG, TCO, rHVT-LT, rFPV-LT