Résumé

Ce travail met en évidence l’apport des images Landsat pour le suivi dynamique de l’espace steppique dans une aride  (Algérie). L’analyse qualitative et quantitative de l’évolution rapide du paysage et plus particulièrement l’évolution de l’ensablement dans les communes s’avère intéressante dans la mesure où elle permet de dresser un bilan provisoire sur l’état actuel de la zone d’étude. Pour l’analyse, les changements de l’état de surface intervenus entre 1957 et 2002 extraient à partir des images MSS, TM et ETM+ de Landsat ont été retenus. Dès lors, trois méthodes de détections des changements (identification rapide et quantification de l’évolution des changements, technique de la composition colorée diachronique et la méthode indice dynamique de couverture des sols) ont été utilisées afin de localiser les différentes zones qui ont subi des mutations profondes et plus particulièrement l’extension de l’ensablement et la dégradation des sols à l’intérieur des contrées de la wilaya de Naâma. Il est important de noter que nous nous sommes basés sur  le modèle d’Olsson (1994)  pour les corrections atmosphériques des images. La zone concernée par cette étude fait partie des hautes plaines oranaises. Elle se rattache administrativement à la wilaya de Naâma. Elle s’étend sur une superficie de 29 825 km2, entre 32°08’ et 34°16’ de latitude nord et 0°09’ et 1°43’ de longitude ouest. L’utilisation des données de télédétection au travers de l’indice dynamique de couverture des sols et de la composition colorée diachronique a permis de mettre en évidence les différents changements qui ont eu lieu de 1987 à 2002. Ces changements concernant les mutations des unités paysagères en zone steppique ont nécessité de tester plusieurs indices de changement (indice de végétation, indice de brillance, indice de curasse et l’analyse en composante en principale) afin de minimiser les erreurs sur l’appréciation des résultats sur les changements. En effet, ces différents traitements ont révélé que pour l’ensemble de la région d’étude, la surface des espaces ensablés est passée de 1,38 % en 1957 à 42,9 % en 2002, soit une superficie de 1 280 762 ha; ce qui correspond à une extension de 28 461,4 ha par an. 


Mots clés: Dégradation, Détection de changement, Ensablement, Télédétection, Naâma, Algérie