Résumé

La présente étude a pour but l’étude ethnobotanique d’une plante alimentaire sauvage, Vitex doniana  (Lamiaceae) ainsi que sa vulnérabilité dans la zone péri-urbaine de Gbado-Lite, dans la Province de Nord-Ubangi en République Démocratique du Congo. Il ressort de cette étude que la majorité d’enquêtés sont des hommes (72,2%) contre 27,8% des femmes. La majorité d’enquêtés ont l’âge compris entre 18-35 ans (soit 39,44%), suivi de ceux dont l’âge est de 36-50 ans (soit 34,44%) et enfin les personnes dont l’âge est supérieur à 50 ans (soit 26,11%). La majorité des enquêtés sont Ngbandi (soit 63,89%), suivi des peuples Ngbaka (19,44%), Ngombe (soit 10,56%) et Mbanza (6,11%). La majorité des enquêtés ont un niveau d’études secondaires (soit 30%), suivi de ceux de niveau primaire (29,44%), des analphabètes (22,78%) et enfin les universitaires (17,78%). La majorité des enquêtés sont des mariés (56,67%) suivi des Célibataires (35,55%), et enfin des veufs (7,78%). La majorité des enquêtés récoltent cette plante dans la forêt (soit 77,22%) tandis que d’autres l’achètent au marché (soit 22,78%). La partie la plus utilisée de la plante est le fruit suivi respectivement de tiges, écorces, racines, feuilles et enfin des graines. La maladie la plus soignée par cette plante est la malaria, suivie de la diarrhée et de la plaie. La décoction est le mode de préparation le plus utilisé. L’espèce est actuellement considérée comme peu abondante chez la majorité des enquêtés (37.8%). Cependant, 35% des enquêtés confirment la rareté de l’espèce contre 27.2% qui estiment au contraire que l’espèce est encore abondante. La valeur calculée de l’indice de vulnérabilité lié à l’exploitation incontrôlée (Iv ? 2,5) montre que V. doniana est très vulnérable dans son milieu naturel. Vu la richesse de cette plante alimentaire sauvage en nutriments, il est donc souhaitable qu’elle soit domestiquée en vue de sa valorisation.


Mots Clés: Vitex doniana,  plante sauvage comestible, plante médicinale, alicament, domestication