Résumé

De multiples contraintes biotiques et abiotiques ont une incidence sur la production alimentaire mondiale. Selon la FAO, le quinoa serait un bon allié pour lutter contre la faim et la malnutrition pour sa haute valeur nutritionnelle et son adaptation aux zones agro-écologiques difficiles. Cette étude a pour objectifs (i) d’entreprendre une caractérisation des lignées IRL-3, -4 et -5 de quinoa, (ii) d’évaluer le potentiel de discrimination des critères utilisés et (iii) de déterminer l’étendue de la variabilité génétique régénérée. L’étude a porté sur 87, 156 et 156 IRL-3, IRL-4 et IRL-5 respectivement et sur 17 critères agro-morpho-phénologiques. Les essais ont été menés pendant 3 saisons de culture, sur une parcelle expérimentale à l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II à Rabat. Une grande variabilité génétique a été mise en évidence à travers les traits qualitatifs et quantitatifs mesurés. Les 11 caractères quantitatifs ont montré des différences très significatives entre les lignées lors des 3 générations, fournissant une preuve solide de l’importante de diversité générée. Les traits qui ont montré le plus de variation sont la sensibilité au mildiou, le poids sec de la racine, le rendement grains et le poids sec de la partie aérienne. Les analyses de la variance, ont confirmé l’importante de cette variabilité aux trois générations étudiées. La matrice des corrélations des IRL-3-4 et -5, a montré des corrélations significatives entre la hauteur à maturité et la longueur des inflorescences, entre le diamètre de la tige et la hauteur des plantes et entre le rendement grains et le poids sec de la matière sèche. Les 1ères composantes de l’ACP aux trois générations expliquaient plus de 50% de la variabilité totale. Le plan factoriel F1*F2 aux trois générations a mis en évidence trois groupes de lignées distincts. L’étude de l’héritabilité au sens large (H2) a montré que les caractères « durée de cycle, sensibilité au mildiou, diamètre de la tige, hauteur de la plante à maturité et longueur des inflorescences » ont été les plus héréditaires, soit d’une valeur de H2 > 80%. La diversité étendue régénérée parmi les IRL-s étudiés dénote d’un potentiel de sélection important sous les conditions marocaines.


Mots clés: Chenopodium quinoa, IRL-s, variabilité agro-morphologique, diversité génétique, héritabilité