Résumé

L’hypothèse de cette étude est de voir si l’initiative de l’élevage des poules ou de porcs de ménages démunis des quartiers périphériques de la ville de Kisangani est une garantie et une résilience à la sécurité alimentaire et nutritionnelle de ménages. L’analyse des données de l’enquête montre que le revenu moyen de ménages des poules est significativement supérieur à celui de ménages des porcs (429,9 $US > 180,8 $US). Les taux ménages des porcs ou des poules qui vivent en insécurité alimentaire et nutritionnelle sont supérieurs à la moyenne de la ville de Kisangani qui est de 33,6%. Même constat pour les taux des enfants de 6 à 59 mois souffrant de malnutrition aiguë, chronique et insuffisance pondérale sont supérieurs aux moyennes de la ville de Kisangani. En analysant les résultats obtenus, nous arrivés à la conclusion selon laquelle l’initiation d’élevage des poules ou des porcs n’est pas une garantie de la sécurité alimentaire et nutritionnelle de ménages démunis des quartiers périphériques de la ville de Kisangani car il ne résout pas de ménages vivant en extrême pauvreté. Le niveau d’instruction du chef de ménage et la taille de ménage n’ont aucune influence sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle.


Mots clés: malnutrition, sécurité alimentaire, revenu, pauvreté