Résumé

Cette étude présente une comparaison de la performance de quatre modèles d’estimation de l’évapotranspiration journalière (ET) sous serre. Les modèles étudiés sont De Villèle (ETDV), Penman-Monteith (ETPM), Stanghellini (ETST) et enfin le modèle Takakura (ETTK), basé sur l’équation du bilan de chaleur au niveau du couvert végétal. L’étude a été conduite durant deux campagnes de production de la tomate (2012 et 2013), sous deux types de serre (monochapelle et canarienne) localisées au Domaine Expérimental Melk Zhar à Balfae (INRA Agadir). Les modèles ETST et ETPM simulent correctement la transpiration de la tomate aussi bien pour les valeurs mesurées que pour le gain journalier de la tige de la tomate (CM/GJ) sous serre Monochapelle (R²= 0,55 et 0,62). Dans le même sens, nous avons dégagé une relation satisfaisante entre l’Eff-TR (l’efficience de transpiration de la plante) et le rapport CM/GJ en utilisant le modèle ETST, respectivement sous les serres monochapelle et canarienne (R²= 0,67; 0,58). L’étude a identifié des seuils critiques ou bien des bases de référence de l’état hydrique de la tomate: confort hydrique (0,40<CM/GJ<0,50 et 70<Eff-TR<90%); surestimation de l’irrigation (CM/GJ<0,42 et Eff-TR<70% et stress hydrique (CM/GJ>0,46 et Eff-TR>90%). Par ailleurs, la comparaison des moyennes suivant le niveau de rendement a permis de dégager 3 groupes de modèles ET; ETST (318 t/ha) > ETTK (272 t/ha) > ETDV~ETPM (236-249 t/ha).


Mots clés: Modèle d’évapotranspiration, Tomate sous serre, gain journalier de la tige, efficience de transpiration, état hydrique de la plante, rendement.