Résumé

Créées depuis la fin des années 80, les coopératives pastorales (CP) des hauts plateaux de l’Oriental marocain ont constitué une importante innovation institutionnelle visant la gestion de leur espace pastoral. Actuellement, ces structures manifestent des signes progressifs et apparents de fragilité et de non viabilité. Les évaluations de leur performance sont anciennes et surtout fragmentaires. Moyennant une approche multidimensionnelle, l’étude a permis de construire un indicateur synthétique de performance (ISP) de ces organisations pastorales. Les méthodes d’analyse des correspondances multiples (ACM) et de classification hiérarchique ascendante ont été utilisées. Les résultats ont montré que le premier axe (ou axe de performance) de l’ACM explique 70% de la variabilité totale et l’alpha de Cronbach (0,891) a permis de valider la construction et la cohérence interne de notre ISP. Les principaux indicateurs discriminants en matière de performance sont les suivants : connaissance des dirigeants de la réglementation en vigueur, dynamisme du bureau, homogénéité des adhérents, participation des adhérents dans la prise de décision, assimilation des objectifs et tenue des archives. Aussi, trois profils distincts de CP sur l’échelle de performance ont été identifiés : les coopératives déficientes (24%), les coopératives à performance moyenne (35%) et les coopératives à performance satisfaisante (41%).


Mots-clés : coopérative pastorale, performance, indicateur synthétique, analyse des correspondances multiples, classification hiérarchique, hauts plateaux de l’Oriental marocain.