Résumé

En République Démocratique du Congo (RDC), la première formation professionnelle de niveau secondaire démarre, en 1951 à Butembo (Nord-Kivu), ensuite à Sandoa (Lualaba), à Loda (Bas-Uele) et Bolombo (Equateur). Il a fallu attendre 1968 pour voir la première Faculté de Médecine Vétérinaire ouvrir ses portes au sein de l’Université Officielle du Congo (UOC) de Lubumbashi, soit 207 ans après l’Ecole de Lyon. La deuxième Faculté de Médecine Vétérinaire est ouverte à l’Université Catholique du Graben (UCG) de Butembo en 1989, soit 23 ans après Lubumbashi. Deux autres Facultés seront créées plus tard à Kinshasa plus précisément à l’Université Pédagogique Nationale (UPN) (2005) et à l’Université de Kinshasa (UNIKIN) (2009). En RDC, les Médecins Vétérinaires sont quasiment des hommes (90,1%) contre 9,9% des femmes. La plus part d’entre eux (87,4%) sont formés à la Faculté de Médecine Vétérinaire de l’Université de  Lubumbashi, alors que 6,4% d’entre eux le sont à la Faculté de Médecine Vétérinaire de l’Université Catholique de Graben, 5,1% à celle de l’Université Pédagogique Nationale et 1% à celle de l’Université de Kinshasa. La densité des Médecins Vétérinaires n’est que de 3.10-5 /Km2, avec des disparités selon les Provinces. Avec cette densité très insignifiante, il ne faut pas vraiment espérer développer correctement un pays à vocation agro-pastorale comme la RDC. 29 ans après la création de l’Association des Médecins Vétérinaires de la RDC (AMVC), une dynamique partie du Congrès de l’AMVC qui s’est tenu à Kinshasa au mois de septembre 2016, a conduit à la création de l’Ordre National des Médecins Vétérinaires de la République Démocratique du Congo par la Loi n°18/029 du 13 décembre 2018 portant création, organisation et fonctionnement de l’Ordre National des Médecins Vétérinaires, qui s’emploie à redynamiser la profession dans le pays. Nous suggérons ainsi au Gouvernement congolais d’investir suffisamment dans le secteur Vétérinaire.


Mots clés : Histoire, Profession Vétérinaire, RDC.