Abstract

L’abattage est considéré comme l’étape où les plus grandes opportunités de contamination des viandes existent. De ce fait, l’hygiène doit primer sur les intérêts économiques pour assurer la sécurité et la salubrité de la viande. Le but de cette étude a été d’évaluer les pratiques d’hygiènes observées par les producteurs de carcasses de lapins au Bénin. L’étude a été réalisée dans 24 sites de production de carcasses de lapins. Les données collectées ont été analysées avec le logiciel SAS et le test bilatéral de Z a permis de comparer les pourcentages deux à deux. La majorité des personnes enquêtées ne dispose pas de bâtiment et abattent les lapins dans un environnement insalubre. Les carcasses étaient aussi traitées dans des conditions moins satisfaisantes. Le mode de traitement des déchets sur le lieu de productions a été non satisfaisant (p<0,05). Les lieux d’entreposage des matériels d’abattage sont dans la majorité inappropriés. Les opérations telles que le ressuage, l’inspection ante mortem et post mortem ne sont pas réalisées sur les sites d’abattage. Les conditions d’abattage des lapins au Sud Bénin ne sont pas satisfaisantes et les producteurs doivent être sensibilisés sur l’hygiène d’abattage.


Mots clés : Abattage, bonnes pratiques d’hygiènes, carcasse de lapin, Bénin