Résumé

L’objectif de la présente étude a été de contribuer à la valorisation de la plante Quassia africana, plante médicinale à multiple usage. Une enquête ethnobotanique a été réalisée à travers un questionnaire soumis aux enquêtés sélectionnés. Les résultats indiquent que Q. africana traite 21 maladies dent le paludisme est le plus crédible. L’indice Vm montre que les groupes ethniques Yaka et Yombe possèdent une meilleure connaissance des usages de l’espèce végétale que les Mongo. Alors qu’en ce qui concerne l’indice IGKP, les trois groupes socio-culturels possèdent le même niveau de connaissance des usages de la plante. Cependant, les peuples Mongo accordent beaucoup plus d’importance à Q. africana (VUE=3,63) que les deux autres groupes socio-culturels notamment les Yaka (VUE=3,41) et les Yombe (VUE=3,38). Cette étude a permis ainsi de fournir des informations sur la perception des populations locales relative à la fréquence et à l’état de Q. africana en République démocratique de Congo. Etant donné que cette espèce est de plus en plus exploitée en Médecine Traditionnelle et considérée comme une ressource ou une source des revenus, il est dès lors indispensable de comprendre comment cette plante se développe (phénologie), se reproduit ainsi que ses exigences écologiques en vue de sa domestication.


Mots-clés: Pharmacopée traditionnelle, Quassia africana, indice de vulnérabilité, conservation, Kinshasa