Résumé

Dans cette étude, le modèle SWAT est mis en œuvre, à travers une procédure de calibration à trois étapes, afin de reproduire le fonctionnement hydrologique et les pertes en sol dans le versant de Nakhla. Une pré-calibration permettant de minimiser l’incertitude des intrants et équilibrer le bilan hydrique à travers la reproduction du gradient altitudinal très prononcé au niveau de ce bassin. Une analyse de sensibilité moyennant la combinaison de la méthode Latin Hypercube-One factor At a Time (LH-OAT) et l’outil SWAT_Cup. Une calibration des débits au niveau des stations Nakhla et Timezouk, suivie d’une calibration simultanée des débits et des sédiments au niveau de la station Timezouk. Les résultats obtenus montrent que le modèle SWAT est sensible à huit paramètres liés au fonctionnement hydrologique du bassin et seulement à trois paramètres déterminant le processus de production des sédiments. Les critères statistiques et graphiques pour évaluer la performance du modèle SWAT ont montré de bons résultats au pas de temps journalier pour la période de calibration (NS et R2 > 0,7) et pour la période de validation (NS et R2 ? 0,7). La calibration du processus de modélisation des sédiments a abouti à une bonne performance au pas de temps journalier pour la période de calibration et de validation (NS et R2 > 0,5), avec une moyenne des pertes en sol à l’échelle du bassin versant de 11,25 T/ha pour la période 1984-1988, contre 13,36 t/ha/an pour la période 1989-1993.


Mots clés: Calibration, Validation, Analyse de sensibilité, Bassin versant de Nakhla, Maroc