Résumé

Cette étude traite de l’effet de l’occupation des sols sur le ruissellement et les pertes en sols en relation avec les propriétés du sol. Trois types d’utilisation des sols ont été étudiés sous simulation de pluie: matorral, jachère protégée par la mise en défens et céréaliculture. Les résultats ont montré que les sols sous jachère sont les plus humides, les plus riches en matière organique (MO) et les plus stables, suivis des sols sous cultures et puis les matorrals. L?analyse des propriétés hydrologiques met clairement l?influence négative des matorrals et la mise en culture sur le comportement hydrologique des sols. Les sols des matorrals présentent la plus faible capacité d’absorption d’eau (infiltrabilité= 29.48 mm h-1), le coefficient de ruissellement kr le plus élevé (kr = 53.12 %) et la plus forte perte de ses particules par détachabilité (153.45 g/m²/h). Cette perte du sol par détachabilité est équivalente en moyenne à presque 10 fois la quantité enregistrée sous jachère (14.36 g/m²/h) et 3.5 fois celle obtenue en sol agricole (42.86 g/m²/h). On note que les pluies d?imbibition sont plus élevées sous jachères (36.61 mm) que sous les sols agricoles (11.97 mm) et les matorrals (1.08 mm). L’analyse des corrélations montre que le comportement hydrologique du sol brunifié dans le bassin Tleta est régi par son état de surface et sa richesse en MO. L’infiltrabilité du sol et la pluie d’imbibition sont très corrélées positivement à la surface couverte du sol (r=0.93 ; r=0.75), à la teneur du sol en MO (r=0.90 ; r=0.99) et à la stabilité structurale du sol (r=0.82 ; r=0.99) respectivement. Par ailleurs, le ruissellement généré et la détachabilité du sol suite aux précipitations sont liés négativement au taux de surface du sol couverte par la végétation (r =-0.92, r=-0.88) et à la teneur de la MO du sol (r =-0.83 ; r= -0.87).


Mots-clés: occupation du sol, érosion, simulation, matière organique, état de surface