Résumé

Le taurin N’dama et le zébu Goudali ont été introduits et sont élevés au Gabon depuis plusieurs décennies, mais leur évolution pondérale et morphologique dans l’environnement de ce pays d’Afrique équatoriale n’est pas documentée. L’influence du sexe et de la saison sur leur poids vif (PV) puis les relations entre leur PV et quelques mensurations corporelles ont été déterminées au ranch Nyanga au sud-ouest du Gabon. Avant un an d’âge, le sexe n’influence pas le PV chez ces deux races. Après un an d’âge, les mâles entiers des deux races sont plus lourds que les femelles. Les mâles castrés sont plus lourds que les mâles entiers, seulement à un et deux ans d’âge et chez le N’dama. La saison sèche n’a d’effet négatif sur le PV que sur les jeunes N’dama de moins d’un an d’âge. Le PV du N’dama est fortement corrélé avec le périmètre thoracique (PT) (r=0,93), puis la longueur scapulo-ischiale (LSI) (r=0,88) et la hauteur au garrot (HG) (r=0,82), alors que celui du Goudali est plutôt corrélé avec la LSI (r=0,85), puis la HG (r=0,83) et le PT (r=0,82). Ces résultats montrent une adaptation de ces races à l’environnement équatorial du ranch Nyanga au Gabon.


Mots clés : Bovins indigènes, N'dama, Goudali, Gabon méridional, Performances